Chaque mois, pour notre newsletter, nous partons à la rencontre d’entrepreneur.es inspirant.es.

Ils partagent avec vous leurs précieux conseils pour tout jeune qui désire se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Mais pas que!

Ce mois-ci, nous avons eu le plaisir d’interviewer Yvan Verougstraete, fondateur et CEO de Medi-Market.

Envie de vous abonner à notre newsletter pour ne manquer aucune actualité? C’est par ici.

Pouvez-vous nous présenter votre parcours et Medi-Market?

J’ai débuté ma carrière à 18 ans en étant conseiller communal de Wolluwe-saint-Pierre. En parallèle, j’ai fait des études de droit. A 27 ans, je faisais partie de la direction de la chaine Delitraiteur. A l’époque, j’avais défendu un business plan pour créer une cuisine centrale au sein de Delitraiteur. J’ai été challengé pour la mise en place de ce projet. J’ai démissionné et on a acheté une saumonerie. On a commencé à faire des plats préparés et de fil en aiguille, on a réussi à faire 40.000 plats préparés par semaine. Ensuite, nous avions fusionné avec la branche traiteur de Viangro.

J’ai ensuite fait une pause avant de lancer le premier Medi-Market à Gosselies. Un supermarché qui propose des produits moins chers que dans les pharmacies.

Comment et pourquoi l’aventure Medi-Market est-elle née?

Medi-Market est une aventure que j’ai commencé fin 2014. Nous avions pour volonté de démocratiser l’expertise santé, de réformer le marché de la pharmacie et de la parapharmacie. On a essayé de créer un concept novateur de grandes pharmacies et parapharmacies pour pouvoir offrir les meilleurs produits aux meilleurs prix avec le service qui va avec (des pharmaciens en pharmacie et des spécialistes ; diététiciens, naturopathe, esthéticienne dans les parapharmacies).

Nous avons aujourd’hui une quarantaine de parapharmacies et une vingtaine de pharmacies en Belgique, France et Luxembourg. C’est une société qui est en croissance. On a 600 personnes qui travaillent aujourd’hui pour Medi-Market.

Comment avez-vous géré la croissance impressionnante de Medi-Market?

Quand on a une expansion comme la nôtre ; 190 nouveaux collaborateurs en un an, il est très important de d’abord stabiliser pour être sûr que le projet ait une bonne colonne vertébrale pour ensuite grandir et longtemps.

2020 est l’année de l’expansion à l’étranger ; nous ouvrons de nouveaux établissements en Italie et en Espagne.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui souhaite se lancer et innover ?

En business, à la fin, c’est toujours la volonté du client qui l’emporte. On le voit, regardez le business des banques, comment les banques ont dû se réinventer complètement. C’est quoi une agence bancaire aujourd’hui ? C’était quoi une agence bancaire il y a 20 ans ? Simplement parce que le besoin du client est toujours celui qui gagne à la fin. Donc la question clé, c’est de se demander comment est-ce que je peux répondre au mieux à ce besoin-là de manière la plus efficiente possible ?

Il faut oser, il ne faut pas avoir peur de l’échec. Moi j’ai connu plein d’échecs, je vais encore en connaitre et je pense que c’est fondamental d’aller au bout de ses rêves, quel que soit le rêve. L’important c’est d’y aller, d’y croire et de ne pas avoir peur de prendre des obstacles. Les obstacles font partie de la vie à titre personnel et professionnel et il faut savoir vivre avec et dans le positif. C’est comme ça qu’on apprend et ce serait dommage de passer à côté d’opportunités.

Quel est l’avenir immédiat pour Medi-Market?

C’est la croissance à l’internationale. C’est la consolidation de nos structures. Ça fait du bien d’être une entreprise francophone qui ose aller à l’internationale. Cela fait partie de notre fierté.

Les entrepreneurs de notre réseaux vous partagent leur conseils ! Cette interview de Fabien Pinckaers pourrait vous intéresser.