Chaque mois, pour notre newsletter, nous partons à la rencontre d’entrepreneur.es inspirant.es.

Ils partagent avec vous leurs précieux conseils pour tout jeune qui désire se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Mais pas que!

Ce mois-ci, nous avons eu le plaisir d’interviewer Fabien Pinckaers, fondateur et CEO d’Odoo.

Envie de vous abonner à notre newsletter pour ne manquer aucune actualité? C’est par ici.

Comment l'aventure Odoo est-elle née ?

J’ai lancé ma société quand j’étais en première candidature à l’UCL. J’ai donc développé différents produits et services: j’ai développé des eCommerces, j’avais un magasin en ligne de produits dérivés Linux, j’ai fait des logiciels de gestion pour les salles de ventes publiques (je suis devenu le leader sur le marché en Belgique). Bref, j’ai lancé pas mal d’activités différentes en étant étudiant.

Dans tout cela, il y a une activité qui a mieux marché que les autres : les logiciels de gestion. En sortant des études en Polytechnique, j’ai donc tout arrêté et je me suis focalisé sur les logiciels de gestion pour PME. J’ai commencé par les secteurs où j’étais déjà actif via mes autres activités (les salles de ventes publiques principalement) et j’ai ensuite pivoté sur les besoins génériques car le marché des salles de vente publique était trop dur. Seulement 80 salles en Belgique, et la plupart n’avaient pas les budgets pour de tels logiciels.

Quelles ont été les grandes motivations pour lancer Odoo ?

J’ai toujours pensé que pour réaliser des grandes choses, il faut régler un grand problème. De toutes les activités que j’ai pu faire étant étudiant, je me suis donc tout naturellement tourné vers le problème le plus complexe que je connaissais ; le genre de problème qu’il faut 15 ans pour résoudre : la gestion d’entreprise dans les PMEs.

Pouvez-vous imaginer un charpentier sans outils ? Cela ferait de lui le pire charpentier au monde, et il sera très rapidement frustré par son inefficacité, au point de ne plus aimer son travail.

Et bien, c’est ce qu’il se passe dans le monde des PMEs. La plupart n’ont pas de bons outils pour leurs employés. Et cela, parce qu’ils ne peuvent pas se les permettre, ou parce qu’ils ne savent même pas que c’est possible de faire mieux. Avant Odoo, les logiciels tout intégrés étaient des usines à gaz, à un prix inabordable pour les PMEs. Puisque les PMEs n’ont pas de bons outils, les entreprises apprennent à vivre avec leurs problèmes. Souvent, ils ne les voient même plus, tellement habitués à cette inefficacité que c’est devenu une norme.

Mais cela a un coût : les dépressions au travail n’ont jamais été aussi élevées. Les gens veulent être utiles et contribuer, mais ils sont trop souvent englués dans des processus lourds, et perdent leur temps à faire des tâches à faible valeur ajoutée qui pourraient être automatisées avec un bon outil.

C’est le problème qu’on essaie de régler avec Odoo ; donner des outils beaucoup plus efficaces aux employés de PMEs, à un prix abordable. Cela a été la source de ma motivation depuis ces dernières années.

Odoo s'est développé rapidement, comment avez-vous gérer la croissance en terme d'effectif ?

Il n’y a pas vraiment eu d’explosion. Odoo est plus un marathon qu’un sprint. Notre force est d’avoir su tenir 70% de croissance en moyenne sur 15 ans. Bref, c’est le résultat d’un travail acharné et continu d’une équipe sur une décennie, plus qu’une bonne idée ou un bon produit. Le bon produit est le résultat de ce travail continu sur le long terme.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui souhaite se lancer ?

Suivez le conseil de Nike: “Just do it”. Et pas demain, maintenant.

J’ai fait beaucoup de choses qui n’ont pas vraiment marché. Mais à force d’essayer, on finit par trouver son créneau, ou une bonne opportunité. L’idée importe peu, ce qui compte, c’est d’avancer et d’apprendre en permanence.

Odoo, dans 10 ans ?

Pour prévoir le future, il faut analyser le passé. Si on regarde ce qui s’est passé ces 20 dernières années dans le monde informatique, cela a toujours commencé par une explosion des solutions à moitié mature, et le marché s’est consolidé progressivement pour n’aboutir que sur quelques leaders par segment.

Tout a commencé par les systèmes d’exploitation. Au début, il y avait Unix, Minix, Ms. DOS, Dr. Dos, BeOS, etc. Ensuite, le marché s’est consolidé sur les meilleurs pour terminer avec Linux, Windows et iOS qui se partagent le marché. Après, les systèmes d’exploitation bas niveau, les logiciels plus haut niveau sont arrivés, comme les traitements de texte.

Il y a quinze ans, le marché était fortement segmenté avec des produits comme Works, Wordperfect, Lotus, Microsoft Word, etc.

Aujourd’hui, il ne reste plus que Google Docs et Microsoft Office.

Les logiciels de gestion d’entreprise sont plus complexes, et plus haut dans la couche technologique. On en est encore qu’au début du cycle de vie de ces produits, mais je pense qu’il va se passer la même chose que dans le reste de l’industrie.

Dans quelques années, ces logiciels seront des commodités, et 2 ou 3 acteurs vont se partager le marché mondial.

L’un d’eux sera Odoo.

Les entrepreneurs de notre réseaux vous partagent leur conseils ! Cette interview de Alain Etienne pourrait vous intéresser.