Ça pousse dans le Start Lab ! Au propre comme au figuré…

/, Lifestyle, startup, Technology/Ça pousse dans le Start Lab ! Au propre comme au figuré…

Ça pousse dans le Start Lab ! Au propre comme au figuré…

Cela fait 3 mois que l’incubateur étudiants bruxellois a démarré à l’ULB. En 3 mois, 28 projets, 37 étudiants (ou jeunes diplômés) ont déjà intégré le lieu. Des étudiants qui proviennent, pour le moment de 5 institutions différentes : l’EPHEC, l’ICHEC, l’IHECS, l’UCL et bien évidemment de l’ULB.

Rencontre avec un des premiers rentrés dans le Start Lab.

Brieuc Thoumsin, 26 ans , originaire de Rixensart, tout fraichement diplômé (Ingénieur de gestion Solvay, juin 2016-), vient de lancer son entreprise Odyseed.

Brieuc, c’est toi qui est le responsable de toutes ces plantes qui poussent « pour de vrai » dans le Start Lab. Mais si je ne me trompe pas, cette envie d’aider les gens à faire pousser des légumes chez eux, c’était déjà une de tes préoccupations lorsque tu participais à la Start Ac’ en 2015 ?

Oui, en 2015, je souhaitais développer un cube, un peu comme un Lego, dans lequel les plantes se développaient facilement. Mon projet était de permettre aux personnes occupant un appartement de cultiver leurs propres fruits et légumes sans être contraints par le manque de temps, d’espace et d’expertise. Tout était prévu, le cube intégrait un système de lumière, d’irrigation et une série de capteurs contrôlables via une application.

D’où te vient cet intérêt ?

A la base, je voulais créer mon propre potager. Contraint par les périodes saisonnières, j’ai cherché un système qui me permettrait de cultiver à l’intérieur. J’ai donc installé un système hydroponique dans mon garage. J’y cultivais des salades, des herbes aromatiques et des tomates. Au début mes parents me disaient : « C’est quoi cette histoire, des salades qui poussent dans le garage, mais tu es devenu fou ! ». C’est vrai que le concept était assez dingue, surtout vu le temps que je passais à m’en occuper. Il fallait donc trouver un moyen d’automatiser la culture des plantes.

Comment le projet a-t-il évolué depuis ta participation à la Start Ac ?

Peu de temps après la fin de la Start Ac, nous avons levé des fonds pour développer le produit. L’aventure a donc pu continuer. Mais finalement, tant le produit que l’équipe ont complètement changés.

Tu peux nous en dire plus sur ces derniers développements ?

Deapppuis 8 mois, on a « pivoté » (dans le jargon des startupers). Nos produits actuels consistent à réguler et automatiser les serres d’intérieur existantes, indépendamment de leur taille.
Les utilisateurs peuvent « monitorer » et contrôler le développement de leurs plantes en temps réel via une plateforme dans le cloud. La régulation est opérée grâce à une série de capteurs associés à des prises sans fils. Selon les variétés de plantes cultivées et les données collectées par les capteurs, différents appareils tels que des pompes, lampes, systèmes de ventilation, … sont actionnés afin de maintenir un environnement de culture optimal. De plus, la plateforme intègre un dashboard « analytics » afin d’optimiser les coûts et les rendements des installations.

Notre principale mission aujourd’hui est de permettre aux « urban farmers » de produire des aliments de meilleure qualité avec un rendement optimal, tout en réalisant des profits plus importants.

L’objectif consiste à changer les habitudes de consommation alimentaire des citadins en créant des centres de productions de fruits et légumes dans les villes. Aujourd’hui, principalement à cause de la durée du transport et des produits de conservation, les fruits et légumes ont perdu plus de 90% de leur valeur nutritionnelle avant d’arriver dans nos assiettes. En rapprochant les centres de productions des centres de consommation, les fruits et légumes seront choisis pour leur fraicheur, leur goût, leur valeur nutritionnelle, et non pas uniquement pour leur prix. Sans compter que le nombre de variétés disponibles dans le commerce peut être multiplié par 10 !

Tu dis aussi être actif dans le secteur de l’EDUCATION, comment ?

Notre objectif étant de pouvoir présenter aux écoles nos produits afin de sensibiliser les enfants sur les bienfaits et la nécessité d’une agriculture biologique durable aux quatre coins de la planète.
Je reste convaincu que le seul moyen de changer nos habitudes et nous conscientiser par rapport à nos moyens de production alimentaires est l’EDUCATION.
C’est pourquoi, récemment, nous avons re-pensé notre idée de départ ; il y a une semaine nous avons lancé « Odyseed Smart Indoor Garden », destiné au grand public. En plus d’offrir à chacun le moyen de cultiver de nouvelles variétés d’herbes aromatiques sans se soucier des contraintes y attenantes (arrosage, bestioles, …), notre « Smart Indoor Garden » enseigne aux plus jeunes l’origine des fruits et légumes et les reconnecte avec la nature.

2q0a7509-4

Même si tu n’aimes pas parler chiffres, quelles sont les perspectives de croissance ?

Le potentiel de croissance est énorme ! D’ici quelques années, il faudra nourrir plus de 9 milliards d’individus, dont plus de 5 milliards qui vivront en milieu urbain ! Bref, un projet à suivre de près.

Pour ceux qui, comme nous, sont convaincus qu’avoir un petit coin vert dans leur bureau, c’est rien que du bonheur.

Intéressé(e) ?

Vous pouvez commander votre Smart Garden en ligne sur www.odyseed.com

2016-12-19T16:20:44+00:00

Leave A Comment